Y-a-t il des contre-indications pour faire de la plongée ?

Publié le : 17 mars 20223 mins de lecture

La plongée sous-marine est une discipline qui attire l’attention non seulement des amateurs de sports nautiques, mais surtout des vacanciers. Certains d’entre eux ne veulent pas manquer l’occasion d’explorer leurs lieux de vacances. Cependant, il faut savoir que la plongée n’est pas forcément accessible à tout le monde, il existe des contre-indications à respecter afin d’éviter d’éventuels accidents de plongée.

Comment savoir si une personne est apte à plonger ?

Même si elle n’est pas obligatoire dans certains pays, une visite médicale est impérative avant de se lancer dans la plongée. En effet, seul un médecin est en mesure d’affirmer si une personne a les capacités physiques et psychologiques requises par cette discipline. En France et dans certains autres pays, un certificat de non-contre-indication aux activités subaquatiques est l’une des conditions préalables à la plongée. Le plongeur passe une série de questions et éventuellement des examens plus approfondis selon les cas. Le verdict n’est rendu qu’après avoir analysé toutes les informations afin d’assurer une séance de plongée sans mauvaise surprise. D’autant que certains accidents de plongée sont irréversibles.

Quelles sont les principales contre-indications médicales à la plongée sous-marine ?

La grossesse figure en tête de liste des contre-indications à la plongée. Ensuite, toute pathologie touchant le système respiratoire est également à prendre en compte (asthme, bronchite, sinusite, etc.). La respiration étant la clé de l’approvisionnement en gaz du plongeur, toute obstruction ou affaiblissement des voies respiratoires constitue un danger potentiel une fois le plongeur sous l’eau. Les problèmes cardiaques tels que l’insuffisance cardiaque ou l’hypertension artérielle sont autant de raisons valables d’éviter la plongée, en fonction de leur gravité.  Les contre-indications aux activités subaquatiques peuvent en outre inclure des facteurs neurologiques, tels que l’épilepsie, ou psychiatriques, comme la prise de médicaments contre l’anxiété ou d’antidépresseurs. Les infections, comme les otites, doivent également être prises en compte, car le milieu marin est surchargé de microbes qui peuvent aggraver la situation.

Les contre-indications à la plongée sont-elles définitives ?

Selon les raisons de ces contre-indications, elles peuvent être temporaires ou permanentes. Seul un médecin peut en décider. Les affections temporaires telles qu’une infection légère de l’oreille, un rhume ou des menstruations douloureuses peuvent être temporairement contre-indiquées. Alors que des problèmes plus graves comme une insuffisance cardiaque ou un traumatisme crânien rendent le verdict strict. Pour les maladies évolutives comme l’asthme et le diabète, des visites de suivi peuvent confirmer si la plongée est contre-indiquée ou non pour le patient.

Plan du site